Allier bien-être en entreprise et technologie : c’est possible !

5 (100%) 3 votes

Comme chaque année depuis 8 ans, Malakoff Médéric publie un diagnostic de la vie de bureau française. 42% des salariés estiment que l’ère du numérique a accéléré leur rythme de travail… et pensent que la tendance va encore s’accroître.

Le bien être peut-il concorder avec le numérique ?

Le nombre de salariés qui déclarent que leur travail est à la fois physiquement et nerveusement fatigant est en baisse par rapport à 2009. En effet, 45% des salariés déclarent leur travail physiquement fatigant, contre plus de la moitié, avec 54% en 2009 ; et 67% le considèrent nerveusement fatigant (contre 72 % en 2009).
Au regard de ces chiffres nous pouvons considérer que c’est une bonne nouvelle !

L’ère du numérique est une ère de la vitesse et de l’immédiateté. Cela engendre pour tous de nouveaux défis que les entreprises tentent de relever, avec plus ou moins de succès. Un chiffre résume parfaitement ces données : 55 % des salariés ont déclaré avoir vécu au moins un événement, une restructuration ou une réorganisation dans l’année, soit 19 points en plus depuis 2009, ce qui est énorme !
Ces changements engendrent malheureusement d’autres maux : 4 salariés sur 10 évoquent un manque de reconnaissance, un facteur capital de la qualité de vie au travail. Enfin, 36% des sondés expliquent qu’ils ont de plus en plus de difficulté à concilier vie professionnelle et vie privée. La frontière est encore et toujours plus poreuse.

Mettre en place des stratégies efficaces

Pour remédier à ça, des nouvelles stratégies sont apparues petit à petit.
Et si pour stimuler la créativité de vos salariés, vous commenciez par adopter la loi de Pareto : 80% du temps de vos collaborateurs dédié à leur activité principale, tandis que les 20% restants doivent servir à nourrir des projets personnels passionnants. Certains de vos collaborateurs ont forcément des aptitudes cachées, qui ne demandent qu’à être exploitées ! Chez Google qui pratique cette règle depuis toujours, sont nés les principaux succès : Gmail, Chrome et Maps, rien que ça !

Certaines entreprises ont choisi quant à elles de recruter une personne qui s’occupera principalement du bien-être des employés. Nous voulons ici bien évidemment parler du métier de CHO, Chief Happiness Officer ! Cette fonction se développe de plus en plus. Concrètement, il s’agit du responsable du développement personnel au sein de l’entreprise. Animateur joyeux et créatif dans l’âme, son rôle est de placer la bienveillance au cœur du développement de son entreprise. Fonction gratifiante et enrichissante, le Chief Happiness Officer veille au confort de ses collaborateurs, il cherche des idées d’évènements à organiser, avec un objectif, celui de créer du lien entre les différents services.

No comments
Share:

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Que serait un monde numérique sans interaction humaine ?

Comeet encourage le bien-être au travail en mettant la technologie
au service des relations en entreprise.
Partez à la rencontre d'autres professionnels lors d'activités conviviales.